Accueil Sports Cerundolo défend Novak Djokovic : « C’est un homme authentique et sincère ».

Cerundolo défend Novak Djokovic : « C’est un homme authentique et sincère ».

44

Cette année, a fait l’actualité pour des raisons autres que ses triomphes sur le court de tennis. Le phénomène serbe a payé cher sa décision de ne pas se faire vacciner contre le coronavirus, puisqu’il n’a pas pu défendre son titre à l’Open d’Australie.

En plus de souffrir de graves dommages d’image, l’ancien numéro 1 ATP a dû assister impuissant à la victoire de à Melbourne Park. Pour la même raison, le Belgradois de 35 ans a également été contraint de renoncer aux Masters 1000 d’Indian Wells et de Miami ce printemps.

Après la déception de Roland Garros, Nole a relancé sa saison en remportant Wimbledon pour la septième fois de sa carrière. Le « Djoker » a égalé Pete Sampras et réduit l’écart qui le sépare de Nadal dans le classement des majors de tous les temps.

Lire aussi :  Le joueur "transféré" par Gigi Becali au FCSB a connu une nouvelle saison exceptionnelle ! Il a gagné le championnat et la coupe

Le protégé de Goran Ivanisevic a été contraint de se retirer de l’Open du Canada, après avoir été interdit d’entrée dans le pays en raison de son statut de non-vacciné. Son espoir est de recevoir un visa spécial lui permettant de jouer l’US Open.

Invité de la dernière édition du podcast « 3iguales », Francisco Cerundolo a brisé une lance en faveur de Djokovic.

Cerundolo défend Nole Djokovic

« Ce n’est pas vrai que Novak Djokovic est le méchant du circuit, c’est même tout le contraire.

Nous parlons d’un grand champion, qui n’a pas peur d’exprimer ses opinions. Il est authentique et sincère », a expliqué M. Cerundolo. Le « problème » est que les gens sont tellement amoureux de et de Rafael Nadal qu’ils ne l’apprécient pas à sa juste valeur », a-t-il ajouté.

Lire aussi :  Fabio Fognini rencontre Rafa Nadal : une histoire d'exploits et de controverses

L’Argentin est un grand admirateur de Nole : « Je suis convaincu que Djokovic gagnera plus de Chelem que quiconque. De plus, le Serbe est celui qui a le plus dépensé pour aider les « joueurs de seconde zone ».

Lors d’une interview avec ‘La Repubblica’, Goran Ivanisevic a parlé de sa relation avec Novak : « Ce n’est pas toujours facile d’être son entraîneur. Au début, j’étais très timide et je ne savais pas comment gérer les différentes situations. J’avais besoin d’un temps d’adaptation ».

Article précédentRobert Lewandowski, grande présentation officielle au « Camp Nou » du FC Barcelone !
Article suivantAtp Los Cabos – Premier titre de 2022 pour Medvedev, Rublev s’incline à Washington
Un passionné de voyage. Journaliste et buveur de café. Évangéliste du Web et fanatique de bière depuis toujours mais aussi passionné de culture Pop !