Accueil High-Tech Les accusations envers Meta continuent

Les accusations envers Meta continuent

708

Ces nouvelles accusations contre la société Meta (Facebook) viennent directement de l’Union européenne.

C’est mauvais pour Facebook

Facebook, réseau social bien connu, mais aussi marketplace, semble s’exposer à de gros risques.

Apparemment, les règles antitrust initiées par l’Union européenne sont sur le point d’être violées, et cela, nuit à tous les concurrents sur le marché.

C’est ainsi que les conclusions obtenues dans le cadre d’une enquête menée l’an dernier contre Meta, c’est-à-dire la société Facebook, pourront conduire à une condamnation directement rendue par l’Union européenne.

Logo Facebook

En raison de cette situation, l’UE considère que Meta impose des conditions commerciales, considérées comme injustes par rapport à d’autres concurrents.

L’enquête de la Commission européenne

Le site Commission européen a également a clôturé l’enquête sur l’accord hypothétique entre Google et Meta pour les services de Publicité par affichage en ligne, le fameux accord Bleu Jedi.

Lire aussi :  Twitter : des doubles badges réservés aux entreprises

L’enquête avait été ouverte par Bruxelles pour savoir si les deux entreprises avaient délibérément décidé d’affaiblir la concurrence.

Google, dès qu’il a vu les accusations portées contre lui, ne pouvait pas rester silencieux.

A cette occasion, le porte-parole de l’entreprise a déclaré : “Il s’agit d’un accord pro-concurrentiel, documenté publiquement, qui permet à Facebook Audience Network (Fan) de participer à notre programme d’enchères ouvertes, avec des dizaines d’autres entreprises. L’objectif est d’accroître la demande d’espaces publicitaires des éditeurs, ce qui les aide à augmenter leurs revenus”.

Selon la Commission européenne, la société Google et la société Meta avaient cherché à affaiblir, puis à exclure, la technologie des concurrents de l’appel d’offres sur le marché.

Lire aussi :  TikTok explique aux utilisateurs comment ils font pour suggérer certaines vidéos

Avec ce comportement, les deux entreprises a violé les règles antitrust de l’Union européenne.

Siège de Google

Après avoir soigneusement évalué chaque élément en sa possession, toutes les preuve pertinentes, y compris les informations reçues de Google lui-même, les informations fournies par Meta et par d’autres entreprises actives dans ce domaine, le comité a pu parvenir à une conclusion. Il est apparu que l’Union européenne n’avait eu que des préoccupations inutiles.

Pour cette raison, il a été décidé de clore l’enquête à ce sujet, bien qu’une enquête plus approfondie soit actuellement en cours.

Cette fois, il s’agit de la possibilité d’abus de position effectuée directement par Google, dans le cadre du Secteur européen de la publicité.

Lisez aussi : Meta verse 725 millions de dollars pour clore l’affaire Cambridge Analytica

En tant que jeune média indépendant, WIZEE a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News

Article précédentLes signes qui partagent des moments spéciaux pendant Noël
Article suivantPanettone : voici comment les chefs cuisiniers s’y prennent pour les choisir
Diplômée en médias, communication numérique et journalisme de l'université Lyon 2 , je rédige pour Wizee sur l'actualité de notre vie quotidienne !