Accueil Internationales Les prisonniers de guerre retournent au Royaume-Uni et en Russie après un...

Les prisonniers de guerre retournent au Royaume-Uni et en Russie après un accord d’échange

68

Cinq ressortissants britanniques ont retrouvé leurs familles à Londres alors que accueille à nouveau 55 soldats libérés.

Cinq prisonniers de guerre britanniques sont rentrés au dans le cadre d’un échange de prisonniers entre la et l’, tandis que 55 des propres troupes de Moscou sont rentrées en Russie à la suite de l’accord.

Les cinq Britanniques – Aiden Aslin, Shaun Pinner, Dylan Healy, John Harding et Andrew Hill – ont retrouvé leurs familles après avoir atterri jeudi à l’aéroport d’Heathrow à Londres.

Presidium Network, une organisation à but non lucratif qui effectue des travaux de secours en Ukraine, notamment en aidant aux évacuations, s’est déclarée ravie que les hommes aient été ramenés chez eux en toute sécurité.

« Nous savons que tout… [are] impatients de retrouver la normalité avec leurs familles après cette horrible épreuve », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Aslin et Pinner ont été capturés par des forces soutenues par la Russie dans la ville portuaire de Mariupol, dans le sud-est de l’Ukraine, en avril, et ont été condamnés à mort par un tribunal de la République populaire autoproclamée de Donetsk, une région séparatiste soutenue par la Russie dans l’est de l’Ukraine.

Ils ont été reconnus coupables, avec le Marocain Brahim Saadoun, « d’activités mercenaires et d’avoir commis des actions visant à prendre le pouvoir et à renverser l’ordre constitutionnel de la RPD » – une condamnation condamnée par l’Ukraine et le Royaume-Uni.

Lire aussi :  TEXTE EN DIRECT | Guerre en Ukraine, 96e jour : Volodymyr Zelensky s'est rendu sur la ligne de front à Kharkov, quittant Kiev pour la première fois / Les troupes russes intensifient leurs bombardements à Severodonetsk / L'UE tente à nouveau de trouver un accord sur l'embargo pétrolier russe

Harding et Hill ont également été capturés alors qu’ils combattaient aux côtés des forces ukrainiennes, tandis que Healy a été détenu alors qu’il faisait du bénévolat en tant que travailleur humanitaire en Ukraine. Tous trois ont nié être des mercenaires lors d’une audience devant un tribunal de la RPD en août.

Paul Urey, un compatriote britannique qui a été capturé aux côtés de Healy en avril, est décédé plus tard en détention.

La Russie confirme le retour des troupes

L’annonce du retour des Britanniques est intervenue alors que Moscou confirmait que les dizaines de soldats russes libérés dans le cadre de son accord avec Kyiv étaient rentrés dans le pays.

« Tous les militaires ont été livrés sur le territoire de la Fédération de Russie par des avions de transport militaire et se trouvent dans des établissements médicaux du ministère russe de la Défense », a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

« Ils reçoivent l’assistance psychologique et médicale nécessaire », a-t-il ajouté, affirmant que les soldats étaient « en danger de mort » pendant leur détention.

L’accord d’échange – le plus grand échange de ce type entre l’Ukraine et la Russie depuis que cette dernière a lancé son invasion à grande échelle fin février – a également permis à Moscou d’obtenir la libération de Viktor Medvedtchouk, un homme politique ukrainien pro-Kremlin.

Lire aussi :  Lavrov promet une "protection totale" pour tout territoire annexé

Medvedchuk, un ami personnel du président russe Vladimir Poutine, avait dirigé un parti pro-russe interdit en Ukraine et y faisait face à des accusations de trahison.

En échange de la libération des 56 prisonniers, l’Ukraine a obtenu le retour de 215 de ses propres soldats – dont plusieurs commandants qui avaient mené une défense prolongée de Marioupol contre le siège de la Russie. Il n’était pas immédiatement clair si tous les soldats étaient rentrés en Ukraine au moment de la publication.

Saadoun, le ressortissant marocain, deux Américains, un Croate et un Suédois ont également été libérés.

Le moment et l’ampleur de l’échange de prisonniers, que la et l’Arabie saoudite ont aidé à négocier, ont été une surprise.

Plus tôt mercredi, Poutine avait ordonné la mobilisation de jusqu’à 300 000 soldats de réserve russes dans une apparente escalade de l’offensive de Moscou.

La décision du dirigeant russe est intervenue après une série de revers sur le champ de bataille pour les forces russes, qui ont récemment été expulsées de vastes étendues de territoire dans le nord-est de l’Ukraine lors d’une vaste contre-offensive menée par les troupes de Kyiv.

Article précédentUne fourche, oui ! Mise à jour de Cardano Vasil en direct
Article suivantLe projet de loi sur le Stablecoin a peu de chance d’être finalisé cette année – Rep. Warren Davidson