Accueil Internationales L’opposant ougandais Besigye libéré sous caution après deux semaines de détention

L’opposant ougandais Besigye libéré sous caution après deux semaines de détention

63

Il a été arrêté – pour la énième fois – le 14 juin à Kampala, la capitale, alors qu’il menait des manifestations contre la montée en flèche des prix à la consommation.

Un tribunal ougandais a libéré sous caution le vétéran de l’opposition Kizza Besigye vendredi après avoir passé deux semaines en prison dans l’attente de son procès pour incitation à la violence.

Besigye, âgé de 66 ans, a été arrêté le 14 juin à Kampala, la capitale, alors qu’il menait des manifestations contre la montée en flèche des prix à la consommation. Il a été inculpé d’incitation à la violence le jour suivant et sa demande initiale de libération sous caution faite ce jour-là a été rejetée.

Vendredi, ses avocats ont fait une nouvelle demande de libération sous caution et un magistrat a ordonné la libération de Besigye en disant qu’il était « satisfait que les cautions de l’accusé soient substantielles », selon une vidéo en direct de la procédure judiciaire sur le compte Facebook de Besigye.

Lire aussi :  Les Ukrainiens rejettent la tentative russe d'annexer davantage leur pays

La figure de l’opposition devra payer une caution de 2,5 millions de shillings kenyans (665 $), l’une des conditions de sa libération. Il a reçu l’ordre de se présenter à nouveau devant le tribunal le 29 juillet.

Les Ougandais ont exprimé leur colère face à la forte hausse des prix du carburant, de l’huile de cuisson, du savon, du blé et d’autres produits, et au refus du gouvernement d’intervenir pour soulager les consommateurs.

M. Besigye a demandé des réductions d’impôts pour compenser la hausse du taux d’inflation, mais le président Yoweri Museveni a rejeté cette idée, attribuant la hausse des prix à la guerre en Ukraine et à la pandémie de COVID-19.

Lire aussi :  Les États-Unis vont envoyer à l'Ukraine des systèmes avancés de missiles sol-air

Museveni, au pouvoir depuis 1986, est maintenant le quatrième dirigeant le plus ancien d’Afrique et l’opposition et les critiques l’ont accusé de truquer les élections et d’utiliser les forces de sécurité pour maintenir son emprise sur le pouvoir. Museveni nie ces accusations.

Besigye s’est présenté quatre fois contre Museveni dans le passé et a perdu, bien qu’il ait rejeté les résultats, alléguant une fraude. Il a été arrêté à de nombreuses reprises dans le passé.

Article précédentLe gouvernement français veut inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution : « Une femme meurt toutes les neuf minutes ».
Article suivantEst-ce un mensonge que les Roumains n’ont pas d’argent ? Le rapport qui expose la vérité sur notre solidité financière