Accueil Zara Nos ancêtres buvaient du lait et le digéraient même s’ils étaient intolérants...

Nos ancêtres buvaient du lait et le digéraient même s’ils étaient intolérants au lactose, alors qu’est-ce qui a tout changé ?

226

Une nouvelle étude a révélé que nos ancêtres en Europe buvaient du lait et étaient capables de le digérer, malgré leur intolérance au lactose. Mais ce n’est que lorsque les famines et les épidémies sont apparus que les choses ont changé.

L’intolérance au lactose: un ancien phénomène

Il semble que l’intolérance au lactose ne soit pas un phénomène récent, mais plutôt un problème qui existait il y a des milliers d’années. La différence, cependant, réside dans le fait que les anciens buveurs de lait, il y a plus de 11 000 ans, étaient encore capables de digérer cette boisson jusqu’à ce que certains événements changent tout, entraînant l’évolution de la tolérance au lactose en Europe.

À la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 700 ans, seuls les enfants auraient été capables de digérer le lactose, l’un des sucres présents dans le lait. Le fait de pouvoir le faire à l’âge adulte fait partie de notre évolution et est particulièrement fréquent chez les personnes d’origine européenne, sud-asiatique, moyen-orientale et ouest-africaine.

Selon une nouvelle recherche publiée dans Nature, les anciens humains qui habitaient l’Europe buvaient du lait, même sans être capables de digérer le lactose. Seulement la famine et l’apparition de certaines maladies ont fait du lactose un problème.

Développer une tolérance progressive au lactose

À ce moment-là, les quelques chanceux qui buvaient du lait et le digéraient ont acquis un grand avantage : ils ont pu grandir plus vite et ont obtenu de précieuses doses de vitamine D, même dans les régions sombres du Nord. Cela a ensuite conduit à la prolifération des gènes de transformation de la lactase.

Dans la pratique, certaines personnes ont acquis une tolérance au lactose tandis que celles qui ne l’avaient pas se sont retrouvées soudainement dans une situation extrêmement défavorable.

Lire aussi :  La vaisselle Zara Home présente dans la maison d'Isabel Preysler !

Près de 13 000 fragments de poteries anciennes, collectés du Portugal à la Finlande en passant par la Turquie, permettent de comprendre quand les humains ont commencé à boire du lait. Bien que le contenu des pots ait été vidé depuis longtemps, les graisses animales ont laissé des résidus caractéristiques qui ont permis aux chercheurs, 9 000 ans plus tard, de savoir s’ils contenaient du lait.

Ces découvertes anciennes montrent que la consommation de lait est essentiellement aussi ancienne que l’agriculture et qu’elle était répandue en Europe dès 6 500 avant J.-C., soit 3 000 ans avant l’apparition ou la persistance de la lactase chez les adultes.

Comment les agriculteurs qui ne pouvaient pas “supporter” le lactose parvenaient-ils à boire du lait ?

Comme le dit George Davey Smith, épidémiologiste à l’université de Bristol et auteur de la recherche : les ballonnements, les gaz et les autres signes supposés d’intolérance au lactose sont moins fréquents qu’on ne le pense. Et si le lactose non digéré peut provoquer des diarrhées, il en va de même pour le café, les pruneaux et de nombreux autres aliments.

En utilisant la base de données génétiques de 500 000 personnes de la UK Biobank, les chercheurs ont découvert que plus de 90 % des personnes qui ne peuvent pas traiter le lactose boivent quand même du lait de vache. L’étude soutient donc que la tolérance au lactose n’est pas un facteur si important pour déterminer la capacité réelle à digérer le lait.

Comme l’a déclaré le professeur Evershed : “L’un de mes co-auteurs a fait un test de lactose uniquement lorsqu’il faisait partie du projet. Il a découvert qu’il était intolérant au lactose et qu’il buvait du lait. Il n’en avait pas l’air.”

Lire aussi :  PROMO Zara sur la lampe design de cet hiver !

Le fait est que, même ceux qui ne produisent pas naturellement de lactase (enzyme nécessaire à la digestion du lactose), peuvent encore digérer le lait à l’aide d’un microbiote intestinal adapté. D’autres produisent l’enzyme pour digérer le sucre, mais sont allergiques à d’autres composants du lait.

Pourquoi les anciens Européens auraient-ils développé une tolérance au lactose aussi rapidement ?

Il s’agissait de comprendre ce qui se passe dans les moments “difficiles”, par exemple en cas de famine ou d’épidémie.

Si le sucre du lait ne peut être traité, il s’accumule dans le côlon. “Le lactose non digéré attire l’eau‘, explique le professeur Smith, provoquant parfois des diarrhées. Ce n’est pas toujours un problème, mais lorsqu’une personne est mal nourrie ou souffre d’une maladie intestinale, le fait de ne pas pouvoir digérer le lactose devient un problème.

En pratique, lors d’épidémies ou de famines, le lait pouvait se transformer de source de calories en une sorte de poison. Et, sur la base des gènes des ossements européens anciens découverts, la capacité à résister à cet “empoisonnement” a été identifiée, ce qui a ensuite conduit à la tolérance au lactose sur tout le continent.

En bref, il y aurait eu une sorte de sélection naturelle.

Les famines et les épidémies auraient eu un double effet : lorsque la nourriture était rare, les paysans de l’Antiquité mangeaient d’abord leurs yaourts et leurs fromages à faible teneur en lactose, mais une fois qu’ils en manquaient, il ne restait que le lait frais. Si l’on combine cette alimentation riche en lactose avec une malnutrition et une diarrhée sévères, l’état de santé de certains aurait pu être fatal.

Tous les autres, cependant, ont développé une tolérance au lactose qui a survécu jusqu’à aujourd’hui.

 

Article précédentDes “poupées à soucis” traditionnelles fabriquées par les populations indigènes du Guatemala pour nous apporter un sommeil plus paisible.
Article suivantLes taches brunes sur les peaux de banane peuvent aider à lutter contre le gaspillage alimentaire : l’étude
Diplômée en médias, communication numérique et journalisme de l'université Lyon 2 , je rédige pour Wizee sur l'actualité de notre vie quotidienne !