Accueil Insolite Scènes d’horreur au Mexique : la vraie histoire des poupées par milliers

Scènes d’horreur au Mexique : la vraie histoire des poupées par milliers

1007

Des milliers de poupées abandonnées éparpillées sur l’île, comme dans une scène de film d’horreur. Certains sans membres, d’autres sans tête, ils se tiennent là comme suspendus, attendant presque ceux qui errent dans ces lieux. Mais quelle est la véritable histoire terrifiante de l’île aux poupées au Mexique à l’origine de ces décorations aux allures macabres ?

Mais pourquoi ces poupées sont-elles là ?

Non loin de Mexico, dans une zone lagunaire sauvage et reculée, se trouve une île magnifique à la nature intacte. À Xochimilco, lieu qui pourrait être une merveilleuse attraction touristique, mais qui, semble-t-il, n’a pas grand-chose d’agréable à cause de la décoration et de la véritable histoire terrifiante de l’île aux poupées au Mexique.

Parmi les presque 200 kilomètres de canaux navigables et au milieu d’une nature pure, il y a ceux qui viennent voir la “Isla de las Muñecas” ou l’île des poupées et connaître l’origine de son histoire terrifiante. Une visite motivé par une pure curiosité pour un endroit où la terreur joue un rôle majeur.

Xochimilco est très célèbre et détient même le record mondial Guinness de l’endroit de la planète où le pourcentage de ce type de jouets est le plus élevé : accrochées aux arbres, clouées, jetées par terre… Et leurs présences sont loin de réconforter comme c’est le cas avec une poupée à soucis. En effet, ce sont des modèles très vieilles et usées aux allures macabres.

Lire aussi :  Des "poupées à soucis" traditionnelles fabriquées par les populations indigènes du Guatemala pour nous apporter un sommeil plus paisible.

Certains n’ont plus d’yeux ou de membres, et tous sont sales et mal ajustés. Des ornements qui font que Xochimilco constitue un véritable cadre plus typique d’un film d’horreur attirant les amateurs du genre et des curieux provenant de divers horizons.

Ce qui se cache derrière les poupées de Xochimilco

Mais l’histoire derrière cette terrifiante association de poupées est un plus triste qu’effrayante. Tout a commencé dans les années 1950, lorsque l’ermite et gardien de l’île, Don Julián Santana Barrera a commencé à régler une sorte de dette.

Barrera, qui vivait sur l’île depuis 25 ans, se baignait dans l’un des canaux lorsqu’il a croisé une jeune fille. L’homme a vu que la jeune fille était sur le point de se noyer mais, malgré ses efforts, il n’a pas pu la sauver.

Accablé par la culpabilité et croyant avoir entendu la fillette réclamer sa poupée quelques instants avant le dénouement fatal, Barrera a commencé à sentir sa présence partout sous la forme d’un fantôme, criant et pleurant autour de Xochimilco.

Lire aussi :  La NASA dévoile une nouvelle image révélatrice capturée par le télescope James Webb dans l'espace

Une autre théorie affirme que ce qui a marqué le gardien de l’île est l’apparition d’une poupée dans l’eau peu après l’événement. Quoi qu’il en soit, Mr Barrera a alors décidé d’accrocher la poupée chez elle comme amulette en l’honneur de l’enfant décédé.

Depuis, on dit que la solitude et la paranoïa de Barrera ont pris des proportions démesurées, à tel point qu’il s’est senti hanté par la présence, convaincu que l’esprit de l’enfant planait dans la poupée.

C’est ainsi que commença son obsession : des poupées de toutes tailles et de toutes fabrications, déformées et mutilées, récupérées dans les ordures ou draguées dans le canal, furent attachées partout dans l’île.

Actuellement, l’île a son propre site web et un flot de touristes qui viennent curieux de découvrir la “collection Barrera”. Une île de poupées aussi terrifiante que tendre que nous ne savons pas si nous oserions visiter.

En tant que jeune média indépendant, WIZEE a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News

Article précédentDéfi visuel : 7 secondes pour trouver le loup !
Article suivantCes personnes sont devenues riches grâce à des inventions douteuses
Diplômée en médias, communication numérique et journalisme de l'université Lyon 2 , je rédige pour Wizee sur l'actualité de notre vie quotidienne !