Accueil Internationales Selon M. Poutine, les sanctions occidentales poussent à l’unification Russie-Belarus

Selon M. Poutine, les sanctions occidentales poussent à l’unification Russie-Belarus

262

Les deux pays ont signé un traité en faveur de l’intégration en 1997, et ont accéléré ce processus ces dernières années.

Le président Vladimir Poutine a déclaré que la « pression politique et sociale sans précédent » exercée par l’Occident, ainsi qu’une série de sanctions imposées à la suite de l’invasion de l’Ukraine, poussent le Belarus à s’intégrer plus rapidement à la .

Le dirigeant russe, âgé de 69 ans, a déclaré vendredi lors d’un forum que la pression « nous pousse à accélérer le processus d’unification ».

Cela permettrait de « minimiser les dommages causés par les sanctions illégales, de simplifier la maîtrise de la production des produits requis, de développer de nouvelles compétences, d’étendre la coopération avec les pays amis », a-t-il déclaré.

Les alliés voisins, qui ont tous deux des frontières avec l’Ukraine, se sont efforcés de s’intégrer par intermittence depuis la signature, en 1997, d’un traité destiné à renforcer des liens distendus après la dissolution de l’Union soviétique.

Lire aussi :  La Russie frappe à nouveau Kiev. Au moins quatre explosions ont eu lieu ce matin dans la capitale ukrainienne.

En vertu du traité d’union, chaque État reste souverain, mais accorde aux citoyens de l’autre État des droits de résidence et de citoyenneté.

Alors que l’enthousiasme du président biélorusse Alexandre Loukachenko à l’égard de a varié, il s’est rapproché de M. Poutine en 2020, lorsque le président russe a soutenu la répression des manifestations antigouvernementales à Minsk après des élections contestées.

Le 24 février de cette année, M. Loukachenko a permis à la Russie d’utiliser le Belarus comme rampe de lancement lorsque Moscou a lancé son invasion de l’Ukraine.

En début de semaine, les dirigeants du Groupe des Sept (G7) et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ont pointé du doigt le Belarus lors de sommets consécutifs, l’OTAN décriant « l’intégration militaire de Moscou avec le Belarus » dans un nouveau cadre stratégique qui qualifie la Russie de « menace directe » pour la paix et la stabilité dans la région.

Lire aussi :  L'Europe attend le redémarrage de Nord Stream 1 alors que l'incertitude règne sur l'approvisionnement

La semaine dernière, le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a déclaré que la Russie et le Belarus devaient prendre des mesures conjointes urgentes pour améliorer leurs capacités de défense et la préparation au combat de leurs troupes.

Dimanche, alors que M. Loukachenko était en visite à Saint-Pétersbourg, M. Poutine a déclaré que la Russie stationnerait bientôt des missiles capables de transporter des ogives nucléaires au Belarus.

Jeudi, lors d’une réunion à Minsk entre M. Lukashenko et le haut diplomate russe Sergey Lavrov, le président biélorusse a déclaré que la Russie « doit être prête » à répondre aux menaces nucléaires perçues des puissances occidentales.

Article précédentL’adversaire potentiel de FCSB en Ligue de Conférence, Saburtalo, menait 3-1 à la 87ème minute. Comment le match s’est terminé
Article suivantLe gouvernement français veut inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution : « Une femme meurt toutes les neuf minutes ».