Accueil Dernières minutes ! The Last of Us Part I Review : remake ou remaster ?

The Last of Us Part I Review : remake ou remaster ?

91

Je dois admettre que l’annonce par Sony de la création et de la sortie d’une nouvelle édition de The Last of Us m’a laissé un peu sur ma faim. En effet, nous avons déjà eu la création de Naughty Dog sur PS3 et PS4 en version remasterisée (et cette version fonctionne également sur PS5). Qu’apporte ce The Last of Us Part I sur 5, et dans quelle mesure le prix élevé demandé par l’éditeur est-il justifié ?

Pour éclaircir ce mystère, nous pouvons essayer de classer The Last of Us Part I dans une catégorie. Aurons-nous droit à un autre remaster ou à un remake complet ? Un simple remaster est d’emblée hors de question, une telle édition étant déjà sortie sur PS4. Aurons-nous donc droit à un remake complet, qui tire parti des avancées technologiques réalisées depuis la sortie du jeu original sur PS3, ainsi que des progrès et des améliorations de gameplay que nous avons vus dans The Last of Us Part II sur PS4 ? Après avoir parcouru cette première partie, je penche pour la seconde, mais avec quelques réserves qui pèsent lourdement sur le verdict final.

The Last of Us Part I

Des graphiques, des graphiques et encore des graphiques

Et c’est parce que, vraiment, visuellement, The Last of Us a été complètement refait pour cette édition  » Part I « . En bref, il n’y a pas un coin de niveau ou de texture qui n’ait pas été retravaillé et mis aux normes graphiques contemporaines. De même, des pièces autrefois ternes et monotones ont subi une transformation étonnante : elles ont reçu une foule de détails supplémentaires, un éclairage retravaillé, le tout conçu pour que la première aventure de Joel et Ellie soit conforme aux normes de 2022. De plus, les modèles de personnages et les expressions faciales ont été mis à jour, rendant les émotions dépeintes encore plus crédibles. Le meilleur exemple en est sans doute le personnage de Tess, dont les différences entre la version originale et la version actuelle sont « du ciel à la terre ».

Cependant, ne vous attendez pas à quelque chose que vous n’avez pas déjà vu dans d’autres titres, l’un d’entre eux étant The Last of Us Part II lui-même. Oui, le nouveau visage graphique de The Last of Us Part I est détaillé, amélioré et supérieur à celui de la version originale, mais il n’utilise pas je ne sais quelle technologie ultra-moderne super-prétentieuse. Par exemple, vous ne profiterez pas du Ray Tracing dans ce produit. D’ailleurs, même la console montre des signes qu’elle pourrait  » porter  » plus que ce remake visuel n’a à offrir : lorsqu’on utilise un écran supportant 120Hz, le mode de lecture Fidélité (résolution native 4K) vise 40fps (contre les 30fps habituels), et en mode Performance (si vous choisissez de débloquer le framerate, une option disponible dans le menu du jeu), le framerate grimpe significativement au-dessus des 60fps habituels en  » 4K dynamique « . On a l’impression que, même si les graphismes ont fait un bond en avant, The Last of Us Part I aurait pu facilement être adapté pour la PlayStation 4, dans les limites de 30 images par seconde et de résolutions plus modestes.

Lire aussi :  Valve mise sur le Steam Deck. Je pense déjà à la deuxième génération

The Last of Us Part I

Si j’ai tant insisté sur le « paquet graphique » de The Last of Us Part I, c’est parce que, pour environ 90 %, c’est la seule chose vraiment nouvelle dans l’édition PS5 du jeu. Malheureusement, l’amélioration empruntée à The Last of Us Part II n’est appliquée que visuellement, sans vraiment affecter le gameplay réel. Certes, nous avons droit au HUD actualisé de la deuxième partie, ainsi qu’à une présentation beaucoup plus détaillée de l’application des améliorations aux établis, également empruntée au deuxième jeu de la série. Sinon, malheureusement, malgré ces nouveaux « vêtements », l' »empereur » est resté le même.

Plus précisément, nous avons exactement les mêmes mécanismes de jeu, les mêmes niveaux, les mêmes événements scénarisés, les mêmes cinématiques et le même déroulement du jeu. Imaginez un arbre de Noël : alors que la version originale représentait la version ornée d’ornements et de guirlandes démodés, la première partie bénéficie d’un tout nouvel ensemble de décorations, beaucoup plus spectaculaires et visuellement charmantes. Mais sous toutes ces décorations, c’est toujours le même arbre.

The Last of Us Part I

Autre chose de nouveau ?

Pour être juste, les gens de Naughty Dog se vantent également d’avoir implémenté le système d’IA (intelligence artificielle) de The Last of Us Part II, ce qui, en théorie, devrait ajouter un niveau accru de dynamisme et de drame aux combats de ce remake. La réalité, du moins dans mon expérience, est différente : j’ai rejoué plusieurs fois un moment particulier du jeu pour observer la réaction des ennemis. Sans surprise, j’ai constaté exactement le même comportement de leur part, ce qui, après quelques essais, m’a permis de placer à l’avance des pièges et des explosifs sur leurs trajectoires et de les éliminer sans même avoir à les affronter directement. Ce que j’essaie de dire, c’est que, malgré l’utilisation de routines d’IA modifiées, les joueurs ne ressentiront probablement pas une grande différence avec l’édition originale.

Lire aussi :  Nouvelles images du remake de Dead Space. Lorsque le jeu est lancé

The Last of Us Part I

Pour ne pas être injuste envers cette nouvelle édition, il faut également mentionner l’ajout de nouveaux modes de jeu, tels que le mode New Game+ ou Speedrun, débloqués après le premier passage de la campagne principale. Mais il s’agit là aussi de variations sur le même thème, qui pèsent assez peu par rapport à la valeur ajoutée de cette première partie. En outre, pour les joueurs souffrant de divers handicaps, des options d’accessibilité plus cohérentes ont été ajoutées.

Je ne veux pas être mal compris : The Last of Us, ainsi que la mini-campagne DLC Left Behind (également incluse, dans une version graphiquement remastérisée, dans cette nouvelle édition), reste un jeu exceptionnel et l’un des meilleurs titres que Sony ait jamais sorti, quelle que soit la génération de console sur laquelle il est sorti. Cette première partie conserve tous ses points forts (on peut même dire que nous regardons sa partie narrative d’un œil nouveau, puisque nous avons vécu une pandémie de première main) et les améliore sur le plan graphique.

The Last of Us Part I

Conclusion

Mais ces nouveautés suffisent-elles à justifier le prix de près de 80 € demandé par Sony pour The Last of Us Part I ? Peut-être pour les joueurs PC (le jeu a également été annoncé pour PC), qui n’ont pas encore eu l’occasion de vivre cette aventure mémorable. Ou pour ceux pour qui la PlayStation 5 est leur première console. Nous parlerions peut-être différemment si nous avions obtenu The Last of Us Part I et The Last of Us Part II dans un bundle PS5 complet à ce prix.

En l’état actuel des choses, malgré l’amélioration visuelle, je ne peux pas recommander sans réserve The Last of Us Part I à ce prix. Vous obtenez également essentiellement le même jeu (avec des graphismes moins impressionnants, il est vrai) si vous jouez à The Last of Us Remastered, pour une fraction du coût de la nouvelle version. Ou, mieux encore, attendez une baisse de prix significative, la version PC ou le bundle avec les deux jeux de la série, selon le cas.

The Last of Us Part I

Vous pouvez également nous suivre sur notre page Facebook officielle !

Article précédentAudi e-tron GT – la voiture que Iron Man a conduite (test)
Article suivantJe ne le connais pas  » : Jannik Sinner est prudent avant le deuxième tour de l’Us Open.
Française mais espagnole dans le cœur, . Je rédige depuis 2 ans avec fierté pour le site d'actualités indépendantes Wizee.fr. Fanatique de jeux vidéo depuis toujours, mais aussi pour la diététique et le fitness !